« Google Instant Previews » est arrivé depuis quelques semaines. Cette fonctionnalité offre aux internautes la possibilité de visualiser en pop-up le document source du résultat proposé tel qu’il a été crawlé par google.

Y aura t’il un impact à long terme de cette fonctionnalité en matière d’e-reputation si son usage se généralise auprès des internautes ? L’apparition du preview pourrait elle faire évoluer la manière dont les internautes choisissent et qualifient les documents sur la page de résultat de google ? C’est l’occasion de s’intéresser à la manière dont se forge l’e-reputation de quelqu’un.

 

Tout commence par une recherche. Un internaute chercheur, que nous appellerons Charlie prépare un rendez-vous et cherche des informations sur Martin qu’il doit rencontrer. Il décide donc de faire une recherche sur google.

 

De quelle manière Charlie cherche t’il des informations sur Martin ?

Charlie commence sa recherche avec des mots clés en les testant selon la pertinence des 2 ou 3 premiers résultats qui lui sont renvoyé dans les SERP (pages de résultats). Prenom+nom ; nom+société ; nom+metier ; nom+ville, … Chaque SERP propose plusieurs résultats sur lesquels Charlie doit statuer pour avancer dans sa découverte de Martin.

Le résultat proposé est-il en rapport avec le bon Martin ? Si ce n’est pas le cas, résultat, au suivant ! Si oui ou s’il existe un doute, Charlie doit alors trouver un moyen de décider s’il ouvre ou non le document.

Sans preview, Charlie ouvrira toutes les pages qui pourraient être intéressantes, fera le tri après, puis recommencera avec un autre mot clé jusqu’au moment où il estimera avoir assez d’éléments pour forger son opinion sur l’e-reputation de Martin.

Avec le preview, qui invite à la consultation, il lui suffit de laisser glisser sa souris gentiment le long des résultats pour visualiser très rapidement les 10 résultats usuels, n’ouvrir que les plus pertinents grâce à la double lecture que lui procure le preview et le résultat associé. Il se trouve rapidement en bas de page, sur le lien « page suivante ».

Charlie se trouve alors dans les meilleures dispositions pour pousser plus loin son exploration et s’épargner de lancer une nouvelle requête immédiatement. Le preview se ferme avec une nouvelle requête mais reste actif sur les page de résultats suivantes …

 

Charlie sélectionne des informations sur Martin

Dans sa recherche, Charlie se dit que toute information nouvelle sur Martin est forcément intéressante, que tout qui sort d’un certain cadre, est à priori intéressant. En revanche, toutes les informations déjà connues ne suscite pas d’intérêt. Dans sa recherche, Charlie s’intéresse à ce que dit Martin sur le Web. Il s’intéresse aussi à ce qui se dit au sujet de Martin.

Sans preview Charlie décide d’ouvrir un document en fonction des seuls extraits de texte qui lui sont proposés. C’est à dire le titre de la page, en gros et bleu, le lien exact en vert.

Avec le preview, Charlie accède simultanément au visuel de la page, ce qui lui apporte plus d’informations pour apprécier l’intérêt d’ouvrir le document ou non. Au final, toutes autres choses étant égales, lors d’une recherche avec le preview Charlie aura ouvert moins de documents que sans le preview. En revanche le taux de résultats pertinents sera plus élevé. Charlie se dit que sa recherche est performante.

 

Construction de l’e-reputation de Martin dans l’esprit de Charlie

Maintenant que Charlie dispose de tous les documents qu’il a jugé pertinents, il va pouvoir en prendre connaissance et décider ainsi, de l’e-reputation de Martin en forgeant son avis à partir des avis que d’autres internautes ont formulés au sujet de Martin, à partir de quelques photos glanées, quelques documents word ou excell mentionnant Martin et diverses publications.

Lorsque Charlie a consulté la première SERP, une première impression s’est construit dans son esprit au sujet de l’e-reputation de Martin. Cette première impression est un élément important, car elle conditionne l’attitude de l’internaute pour la suite de sa recherche (rassuré, inquiet, à l’affût, curieux).

Au fil de la prise de connaissance des documents, l’e-reputation de Martin se construit peu à peu dans l’esprit de Charlie. A un instant T, Charlie cloturera ses recherches et posera un jugement de valeur sur Martin.

Ce jugement sera construit sur : d’une part, l’avis personnel de Charlie forgé sur les documents dont il a pris connaissance; d’autre part sur l’ensemble des avis d’autres internautes ayant partagé sur le web 2.0 leur propre avis sur Martin.

Heureusement, cette étape se déroule encore hors de google !

 

Conséquences pour les stratégies et les techniques d’e-reputation :

  • La manière de chercher des internautes évolue, la sélection des documents se trouve changée par l’apparition de ce preview qui offre à l’internaute plus d’information pour sélectionner plus vite les documents qu’il va réellement ouvrir.
  • L’internaute est encouragé à consulter plus de SERP pour une même requête. Ce qui élargi le périmètre minimum d’intervention lorsque l’on souhaite faire reculer certains résultats.
  • Le preview sera un bon moyen pour aider Charlie à ouvrir moins de documents en évitant d’ouvrir ceux pour lesquels il aurait certainement refermé la page aussitôt (annuaires de liens publicitaires, sites bidons, …)
  • Des différence entre le texte affiché et la page réelle seront plus flagrantes (good by ip-cloaking 🙂
  • Dans la construction de la première impression, le preview jouera un rôle important. Notamment lorsque la marque du site concerné est notoire, faisant bénéficier ainsi le résultat et donc le document concerné, de la crédibilité de la marque. Plus simplement, une page attrayante sera plus consulté qu’une qui ne l’est pas.
  • Interdire le preview est donc un moyen de jouer sur la visibilité d’un résultat
  • Le visuel interviendra sur la compréhension du résultat et de la SERP. Il peut minorer ou renforcer l’impact du résultat dans une SERP, les textes associés peuvent véhiculer un message en cohérence avec les résultats dans leur globalité. C’est un moyen supplémentaire de communiquer avec l’internaute dans les SERP, et d’influer sur la première impression provoquée par la page de résultats. Interdire le preview d’un document est un moyen de le rendre moins visible.
  • Si une page attractive par le contenu est identifiée comme « connue » par le visuel, elle perd de son attrait.
  • Des recherches plus profondes, signifient pour des victimes de leur e-reputation la repousse de certains aspects du problèmes dont la correction se révèlera avoir été insuffisante. Si certaines e-reputations ont été nettoyées à la va-vite en cachant la poussière sous le tapis, il vaut mieux que celle-ci ne soit pas trop au bord, car le tapis risque de prochainement rétrécir.

Il est probable qu’il faille compter avec un vrai impact de la vue réduite de la page tant sur la sélection que sur la compréhension des documents lors d’une recherche, du moins à long terme. De nouveaux outils en perspectives à intégrer dans la boite à outil du management de l’e-reputation.