Différencier fake news d'une information reelle

Séparer avec précision les faits de la fiction peut sembler décourageant. Mais parvenir à la vérité vaut toujours la peine – même si ce n’est pas ce que vous voulez entendre ! Dans cet article, nous examinons comment vous pouvez séparer les fausses nouvelles de la vérité.

1. Développez un esprit critique

L’une des principales raisons pour lesquelles les fausses nouvelles sont si importantes est qu’elles sont souvent crédibles, et qu’il est donc facile de se faire prendre. Beaucoup de fausses nouvelles (fake news) sont également écrites pour créer une “valeur de choc”, c’est-à-dire une forte réaction instinctive telle que la peur ou la colère.

Il est donc essentiel que vous maîtrisiez votre réaction émotionnelle à de telles nouvelles. Il faut plutôt aborder ce que vous voyez et entendez de manière rationnelle et critique.

Posez-vous la question suivante : “Pourquoi cette histoire a-t-elle été écrite ? Est-ce pour me persuader d’un certain point de vue ? Est-ce pour me vendre un produit particulier ? Ou essaie-t-elle de m’amener à cliquer sur un autre site web ?

2. Vérifiez la source

Si vous tombez sur une histoire provenant d’une source dont vous n’avez jamais entendu parler auparavant, faites des recherches !
Vérifiez l’adresse Internet de la page que vous lisez. Les fautes d’orthographe dans les noms de sociétés ou les extensions à consonance étrange comme “.infonet” et “.offer” plutôt que “.com” ou “.co.uk” peuvent signifier que la source est suspecte.

Que l’auteur ou l’éditeur vous soit familier ou non, arrêtez-vous pour considérer leur réputation et leur expérience professionnelle. Sont-ils connus pour leur expertise en la matière ? Ou ont-ils tendance à exagérer ?

Sachez que les personnes qui diffusent de fausses nouvelles et des “faits alternatifs” créent parfois des pages web, des maquettes de journaux ou des images “trafiquées” qui semblent officielles, mais ne le sont pas. Ainsi, si vous voyez un article suspect qui semble provenir de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), par exemple, vérifiez sur le site de l’OMS qu’il s’y trouve bien.

N’oubliez pas que même si vous avez reçu l’article de votre meilleur ami, cela ne lui donne aucune autorité supplémentaire – il n’a probablement pas suivi ces étapes lui-même avant de le transmettre !

3. Cherchez qui d’autre rapporte l’histoire

Quelqu’un d’autre a-t-il repris l’histoire ? Que disent d’autres sources à ce sujet ? Évitez de sauter à la conclusion que tous les flux médiatiques principaux sont faux. Cela peut être aussi imprudent que de suivre chaque rumeur ou théorie de conspiration.

Les agences de presse internationales professionnelles ont des directives éditoriales rigoureuses et des réseaux étendus de reporters hautement qualifiés, c’est donc un bon point de départ. Mais personne n’est impartial, et tout le monde peut se tromper, alors continuez à chercher.

4. Examinez les preuves

Un reportage crédible comprendra de nombreux faits – des citations d’experts, des données d’enquête et des statistiques officielles, par exemple. Ou encore des témoignages détaillés, cohérents et corroborés de personnes présentes sur les lieux. Si ces éléments font défaut, posez des questions !

Les faits prouvent-ils que quelque chose s’est réellement passé ? Ou bien les faits ont-ils été sélectionnés ou “déformés” pour étayer un point de vue particulier ?

5. Ne prenez pas les images au pied de la lettre

Grâce aux logiciels de montage modernes, il est devenu facile de créer de fausses images qui ont l’air réelles. En fait, les recherches montrent que seule la moitié d’entre nous peut dire quand les images sont fausses. Cependant, il existe des signes avant-coureurs que vous pouvez surveiller. Des ombres étranges sur l’image, par exemple, ou des bords déchiquetés autour d’une figure.

Les images peuvent également être exactes à 100 % mais utilisées dans un mauvais contexte. Par exemple, les photos de détritus couvrant une plage peuvent provenir d’une autre plage ou d’il y a dix ans, et non de l’événement récent présumé.

Vous pouvez utiliser des outils tels que Google Reverse Image Search pour vérifier d’où provient une image et si elle a été altérée.

6. Vérifiez que les informations “sonnent juste”

Enfin, utilisez votre bon sens ! N’oubliez pas que les fausses nouvelles sont conçues pour “alimenter” vos préjugés, vos espoirs ou vos craintes. Par exemple, il est peu probable que votre marque de vêtements préférée donne un million de robes gratuites aux personnes qui se présentent dans ses magasins. De même, ce n’est pas parce que votre collègue croit que deux collègues mariés ont une liaison que cela est vrai.