Cette semaine le web n’avait qu’un seul mot à la bouche : Facebook. Facebook lance son Graph Search, Facebook cartonne sur mobile, Facebook ajoute toujours plus de pub sur sa plateforme… Un point s’impose pour comprendre les évolutions du grand F bleu et les motivations de son papa, Mark Zuckerberg.

ou comment les annuaires de personnes développent leur marché avec les résultats des moteurs de recherches.

A force de navigation sur les moteurs de recherches, vous pouvez noter l’apparition grandissante de nombreux sites web dont vous n’êtes pas le propriétaire qui cependant citent votre nom (hors articles de presse. Ces sites sont de simples annuaires de personnes. Un nom et un prénom associé dans une même recherche et c’est le jackpot, toutes les données nominatives déjà connues (et visibles sur les moteurs de recherches) apparaissent dans une liste de résultats liés à une personne et ses homonymes, du facebook au numéro de téléphone en passant par les articles de presse.
Ces annuaires sont de plus en plus nombreux. Ils augmentent considérablement le nombre de liens sur un même mots-clés. Il est en effet possible de trouver jusqu’à 84 millions de pages visibles sur google pour pipl.com par exemple, sans prendre compte pas les versions différentes selon les pays :

Yasni.com : 20 600 000 résultats
Yasni.fr : 3 190 000 résultats
Yasni.co.uk : 9 080 000 résultats
Yasni.es : 3 150 000 résultats
Yasni.it : 1 980 000 résultats
Yasni.de : 27 800 000 résultats
Yasni.at : 952 000 résultats
Yasni.ch : 1 050 000 résultats
Yasni.nl : 927 000 résultats
Yasni.ca : 3 140 000 résultats
Yasni.com.br : 3 040 000 résultats
Yasni.ru : 77 400 résultats
123people.com : 14 500 000 résultats
123people.fr : 10 800 000 résultats
123 people.de : 25 600 000 résultats
123people.co.uk : 6 360 000 résultats
123people.es : 3 560 000 résultats
123people.it : 2 620 000 résultats
123people.nl : 3 750 000 résultats
123people.pl : 692 000 résultats
123people.ch : 2 700 000 résultats
123people.at : 6 090 000 résultats

Lire la suite

Le pot aux roses

La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) était à Nantes dans les locaux de Trident Media Guard (TMG), la société chargée de flasher les IP sur les réseaux peer-to-peer et de les envoyer à l’HADOPI, pour une opération de contrôle.

En effet, en fin de semaine dernière un blogueur a découvert qu’un serveur TMG était ouvert à tous et contenait des données sensibles. Entre-autres, des adresses IP d’internautes « flashés » qui étaient stockées dans des fichiers, ainsi qu’une liste des œuvres surveillées et même des scripts utilisés pour tracker lesdites IP.

On considère aujourd’hui l’IP comme une donnée personnelle, au même titre qu’un numéro de téléphone ou un numéro de plaque d’immatriculation. Cette négligence de la part de TMG, s’il s’avère que les données ne sont pas factices (théorie du honeypot), pose un sérieux problème d’atteinte à la vie privée.

 

Lire la suite