En ce début de mois de juillet, bon nombre d’étudiants profitent au maximum de ces dernières vacances d’été avant de faire leur entrée dans le monde du travail. Aujourd’hui, plage, soirées et sieste sont les mots d’ordres, mais dans peu de temps, entretiens, curriculum vitae et travail prendront le relais.

Afin d’éviter les mauvaises surprises, commencez dès aujourd’hui à contrôler votre e-réputation en vue de votre entrée dans le monde professionnel.

1/ Identité numérique ou e-réputation ?

 

L’identité numérique et l’e-réputation sont deux choses différentes qu’il convient de distinguer bien qu’elles soient étroitement liées.

La masse d’informations que l’on peut trouver sur le web à propos d’une personne (blogs, commentaires, forums, réseaux-sociaux…) constitue l’identité numérique de celle-ci.

L’e-réputation, c’est l’image de soi qui est perçue par les autres. La réputation sur internet est donc quelque-chose de subjectif contrairement à l’identité numérique qui est un ensemble d’informations objectives. Votre nom, votre adresse, votre date de naissance font partie de votre identité numérique alors que votre activité sociale, vos commentaires, vos avis.. touchent votre e-réputation.

 

Si le verbe « to google » est entré dans le dictionnaire d’Oxford, ce n’est pas pour rien. C’est devenu un réflexe de googliser une personne sur qui on souhaiterait en savoir un peu plus. Préparation d’un entretien professionnel, rendez vous amoureux, demande de crédit bancaire… c’est particulièrement vrai dans le domaine des ressources humaines puisque la première rencontre du recruteur et du candidat se fera par pages de résultats de recherches interposées, à savoir dans l’index de Google.

Que vous soyez encore étudiants, ou fraîchement diplômés, vous serez amenés très prochainement à rechercher un stage, un emploi, un VIE… Au-delà de l’importance du curriculum vitae et de la lettre de motivation, il faut prendre en compte l’impact qu’auront votre identité numérique et votre réputation sur la bonne réalisation de vos projets, particulièrement face à un recruteur.

Une e-réputation est un très bon atout si bien elle est bien gérée, ou peut se révéler être un obstacle quasi-infranchissable si elle est négligée.

Crédit image: Le blog du modérateur & Contactbd

 

2/ Google est notre ami… ou pas ?

 

Une simple recherche sur Google « nom + prénom » permet d’évaluer rapidement votre e-réputation. Pas la peine d’aller jusqu’à la 10e page de résultats, pensez par contre à vérifier les images qui ressortent pour éviter que le recruteur tombe en entretien sur une photo de vous lors d’une soirée d’été un peu trop arrosée …

Identifiez soigneusement les résultats qui sont pertinents, et qualifiez leurs impacts sur votre image :

  • Bénéfique
  • Neutre
  • Nuisible
  • Ne vous concerne pas (homonyme) mais peut vous porter préjudice

 

Le plus important à cette étape est d’identifier correctement les documents qui pourraient vous porter préjudice, et d’entamer une démarche pour les faire disparaître. Si vous n’avez pas, ou peu, de contenus positifs, nous verrons après comment en créer.

Une fois ce tour d’horizon établi, essayez selon les cas, de supprimer les contenus nuisibles, ou de les faire simplement disparaître du cache de Google. Si vous ne pouvez ni modifier ces documents, ni en obtenir la modification, vous pouvez toujours nous, contacter pour que l’on puisse vous aider.

 

Si vous êtes actifs sur des forums ou que vous œuvrez sur la toile sous un pseudonyme, il convient de vérifier la perméabilité de celui-ci. Avec la surexposition due en partie aux réseaux sociaux, il est de plus en plus facile de croiser des informations pour retrouver qui est réellement derrière tel ou tel pseudo.

Mettez vous à la place d’un curieux qui essaie de savoir quels sont vos pseudonymes, ou à l’inverse, qui se cache derrière un de vos pseudo. Pour ce faire, amusez-vous à faire des recherches sur votre moteur préféré à partir de votre adresse mail, votre nom et votre prénom, avec éventuellement les forums que vous fréquentez ou les jeux auxquels vous jouez en mots clés. Faites des recherche incluant les différents éléments (ex : « prenom nom » + pseudo) pour voir si certains documents répondent, auquel cas, ces documents sont des « points faibles » dans la préservation de votre anonymat.

 

 

3/ Diffuser du contenu de qualité

 

Que vous ayez réussi à vous débarrasser des éventuels documents nuisibles ou non, il est fortement recommandé de diffuser du contenu de qualité (ie des informations positives et visibles).

 

Avant toute chose, paramétrez correctement votre compte Facebook en contrôlant notamment les informations qui apparaissent sur votre profil public. En effet, si l’on vous recherche sur Internet et que vous avez gardé votre vrai identité sur Facebook, votre profil public apparaîtra dans les résultats. N’affichez donc que le strict minimum, savoir que vous êtes fan de la page « Ne pas avoir cours, ne pas travailler » n’encouragera probablement pas un recruteur à vous contacter 😉

Ensuite, inscrivez-vous sur Linkedin et Viadeo si ce n’est pas déjà fait. Ce sont deux réseaux sociaux dits professionnels tous deux bien indexés par Google. Créez et complétez votre profil améliorera votre visibilité, vous aidera à trouver des opportunités d’emploi et même pourra faire reculer les éventuels contenus négatifs récalcitrants !


Profitant de tout l’écosystème du géant américain Google, le nouveau service social de la firme peut être très intéressant en terme de référencement. En effet, il est certain que votre profil Google+ sera bien visible sur… Google ! En attendant l’ouverture au grand public, vous pouvez toujours nous demander une invitation (sur Twitter par exemple).

 

Google profils

 

Inutile à mon sens de créer un compte Twitter si vous savez que vous ne vous en occuperez pas. C’est un réseau qui demande du temps et un minimum d’investissement personnel mais qui est très bénéfique en termes de veille informationnelle, communication et promotion. On peut également faire de la recherche d’emploi, mais c’est un sujet que nous aborderons dans un prochain billet… 😉

Mêmes remarques pour les blogs. Créer un blog l’histoire de ne vous apportera rien et pourrait même vous desservir. Tomber sur un blog qui n’est pas mis à jour ne prouve rien sinon un manque d’investissement.

 

Dans un autre registre, les CV en ligne vous permettront d’asseoir une certaine crédibilité professionnelle. Doyoubuzz est probablement le plus connu d’entres-eux. Si vous maitrisez un peu le développement Web, vous pouvez créez un site vitrine type www.nomprénom.fr et vous en servir pour exposez vos expériences, vos projets, votre parcours d’une manière plus vivante qu’un simple CV.

Usez et abusez de vos compétences pour vous démarquer, les curriculum vitae interactifs, multimédias sont de plus en plus populaires, n’hésitez pas à faire le votre (et à le mettre en ligne évidemment), s’il est réussi, vous pourrez peut-être faire le buzz !

 

 

 

 

En conclusion, et on ne le répétera jamais assez, soignez votre e-réputation ! Faîtes en sorte d’avoir une image : homogène d’un site à l’autre, juste par rapport à vos expériences (un mensonge n’apportera que de la déception lors d’un entretien) et conforme à votre personnalité qui de toute manière transparaît derrière votre activité sur Internet.

L’été, les soirées, les festivals… la saison commence tout juste. Profitez mais faîtes attention aux photos qui finissent sur Facebook, Twitter & co. D’ailleurs, la prochaine fois pensez à tester votre alcoolémie avant de poster sur Facebook des choses que vous pourriez regretterer par la suite…

 

N’hésitez pas à laisser votre avis ou demander des conseils dans les commentaires, nous y répondrons avec plaisir 😉

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 9 =