Les assistants vocaux et vos données personnelles

Avec l’expansion du secteur des enceintes connectées et intelligentes telles que Google Home ou Amazon Echo, une question se pose, celle de la confidentialité et de l’utilisation de nos données personnelles. Certaines failles ont déjà été mises à jour du côté de Google. Amazon, quant à eux, restent très flous sur leur politique de gestion des données. Afin d’alerter sur les risques de ces enceintes, la CNIL a publié un guide des pratiques à appliquer. Iprotego vous les décrypte.

De réels risques pour vos données personnelles

Aux États-Unis, lors de la sortie des premières enceintes intelligentes, une grande excitation s’est faite sentir. Pourtant, un journaliste américain a vite déchanté en constatant que son Google Home Mini clignotait un peu trop fréquemment. Ainsi, lorsqu’il a consulté son espace personnel dans l’application Google, il a fait une désagréable découverte. En effet, des sons inconnus étaient stockés, des centaines, voire des milliers. En effet, toute la journée, et même la nuit, l’enceinte enregistrait tous les sons de l’appartement sans que personne ne lui en ait fait la demande. Rappelons quand même que le Google Home ne se met en marche que lorsque vous dites « OK Google ». Le journaliste s’est empressé de contacter Google qui a avoué un comportement défectueux du bouton tactile et l’a désactivé immédiatement.

 

Les mises en garde de la CNIL

Afin d’éviter de telles dérives en France, la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) appelle à la vigilance. Elle a publié un guide présentant les fonctionnalités de ces enceintes intelligentes. Mais surtout les précautions à prendre lors de leur utilisation. La CNIL met en garde notamment sur le fait que les requêtes (toutes les paroles suivies de « OK Google », voire plus si c’est un appareil défectueux) sont systématiquement enregistrées et envoyées dans le Cloud. Iprotego vous indique d’ailleurs que ces données sont donc susceptibles d’être utilisées.

Pour préserver la confidentialité des échanges, la CNIL insiste pour la mise en hors tension de l’appareil lorsqu’il ne sert plus. Elle rappelle également que l’absence d’écran peut s’avérer trompeur car vous ne vous rendez pas forcément compte des traces enregistrées. La meilleure chose à faire est de consulter régulièrement son historique et de l’effacer.

 

À savoir

Afin d’éviter tout piratage extérieur de vos objets connectés, vous devriez changer régulièrement de mots de passe. Également, ne laissez surtout pas celui affecté par défaut. Enfin, pensez bien à effectuer les mises à jour de vos appareils afin d’avoir toujours la dernière version qui sera la plus sécurisée.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.