La réputation sur Internet ou e-réputation concerne de plus en plus les individus et les organismes (entreprises, associations, collectivités…) dans la mesure où l’accès au web se fait de manière toujours plus rapide et efficace (ex : essor des smartphones et réseaux sociaux).

Se « Googliser »…et ce que l’on peut y trouver

Nombreuses sont les personnes, y compris les recruteurs, à « Googliser » leurs candidats, leur entourage ou eux-mêmes afin de savoir ce qui se dit d’eux ou de leur société sur Google ou tout autre moteur de recherche comme Bing ou Yahoo. Et ce que l’on y trouve n’est pas toujours satisfaisant…Il n’est pas rare de voir son profil Facebook affiché aux yeux de tous selon le réglage de ses paramètres de confidentialité ou encore son adresse postale et son numéro de téléphone. La panacée des démarcheurs téléphoniques qui font le lien entre vos « likes » sur les réseaux sociaux et les moyens de vous joindre pour vous proposer des produits pouvant vous intéresser.

Les mauvais avis sont plus fréquents que les avis positifs

Les mauvais avis sont plus fréquents que les avis positifs

Mais l’on peut parfois hélas trouver pire en tapant son nom sur Google : de mauvais avis sur son entreprise (par les clients ou les salariés), des photos ou vidéos de « revenge-porn » postées par un ex un peu trop rancunier, un vieil article de presse relatant de faits peu glorieux, des injures…

Que faire en cas de mauvais résultats?

Face à cette mauvaise surprise, force est de constater que certaines pages web peuvent nettement nuire à votre réputation sur Internet. Mais que faire pour supprimer ce qui vous porte préjudice ? Peut-on réellement disparaître d’Internet ? Telle est la question abordée aujourd’hui par iProtego qui vous propose quelques moyens simples de limiter sa présence visible sur le net.

Effacer ses traces sur le net

Osculteo plateforme de gestion de l’e-réputation

Iprotego propose le service en ligne Osculteo qui vous permet dans un premier temps de « scanner » votre réputation sur le web : notre IA va identifier les résultats négatifs selon des termes bien précis. Il vous sera ensuite possible en quelques clics de faire appel à nos équipes pour faire supprimer le contenu portant préjudice.
Vous pouvez également vous adresser à la CNIL qui gère ce genre de problèmes également. Petit bémol : les délais de traitement des demandes sont très longues et peuvent prendre jusqu’à un an.
Deux autres alternatives existent : la demande directe auprès de l’éditeur du site concerné (mais celui-ci n’est pas toujours identifiable ou ne répond pas toujours) ou ce que l’on appelle le « droit à l’oubli« . Ce dernier consiste à demander aux moteurs de recherche de désindexer une ou plusieurs pages web à son nom. Une pièce d’identité et une explication vous seront demandés pour faire valoir la demande.

Dans tous les cas, sachez que la suppression du contenu litigieux ne peut être garantie. En effet, l’éditeur du site peut refuser, ne pas répondre ou pire, « remettre de l’huile sur le feu » en évoquant la demande de suppression du contenu. C’est ce que l’on appelle « l’effet Streisand« .

Limiter ce que l’on poste

Comme dit le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir. Il est donc prudent de réfléchir à deux fois avant de décider de poster ou non un élément (texte, photo, vidéo…) de soi-même ou d’un tiers. Certes, la colère peut nous mener à par exemple poster un statut Facebook enragé auprès de quelqu’un, mais n’est-ce pas là une action trop spontanée qui peut porter un grave préjudice à la personne concernée? Certaines actions démesurées comme justement le « revenge porn » en sont la preuve. De plus, nous vous conseillons de vous poser la question suivante avant de poster quelque chose sur la Toile : est-ce vraiment utile ? Cela ne contient-il pas mes données personnelles ou une atteinte à ma vie privée (ex: photos de soirées bien arrosées sur un blog) ? Peut-on associer mon identité à ce que je compte poster ? Ce qui nous mène à la section suivante, à savoir l’usage d’un pseudonyme.

Utiliser un pseudonyme et une adresse mail « fake »

L’idéal si vous comptez vous inscrire sur un forum par exemple (c’est d’ailleurs ce que font la plupart des inscrits) est de vous choisir un pseudonyme éloigné de votre réelle identité. Attention cependant à ce que ce pseudonyme n’appartienne pas déjà à quelqu’un d’autre (ex : un autre nom/prénom) car cela pourrait porter préjudice à ladite personne ! Une adresse mail « fake » ou fictive est également conseillée car elle est nécessaire si vous souhaitez vous inscrire sur certains sites comme les forums ou réseaux sociaux.

L’usage d’un VPN pour davantage de confidentialité

L'usage d'un VPN aide à la confidentialité

L’usage d’un VPN aide à la confidentialité

Notre agence e-réputation iProtego l’avait abordé il y a quelques temps : l’usage d’un VPN permet de garder davantage d’anonymat lors de votre navigation sur le web. Ainsi, nous ne développerons pas cette partie ici, mais nous vous invitons à consulter l’article en question : pourquoi et comment utiliser un VPN ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × deux =