Faits et chiffres clés du cyberharcèlement en 2020

De nos jours, toute technologie produit à la fois de bons résultats et des conséquences notables. L’internet est de plus en plus un cas d’école parfait pour cette idée. Tout en permettant de mieux connecter le monde et de démocratiser l’information, l’internet a également permis le développement du cyber-harcèlement. Le “mal sans visage” de l’internet est une menace croissante pour les adolescents, en particulier lorsqu’il s’agit de cyber-harcèlement. Malgré l’intensification récente des campagnes de sensibilisation, les faits et les statistiques sur la cyber-harcèlement indiquent que le problème n’est pas près de disparaître.

La cyber-harcèlement dans le monde

Nous avons analysé les résultats d’une enquête internationale d’Ipsos auprès d’adultes de 28 pays, qui révèle qu’un nombre croissant de parents ont des enfants qui ont été victimes d’une forme de cyber-harcèlement.

Au total, 20 793 entretiens ont été menés entre le 23 mars et le 6 avril 2018, auprès d’adultes âgés de 18 à 64 ans aux États-Unis et au Canada, et d’adultes âgés de 16 à 64 ans dans tous les autres pays.

La Russie et le Japon présentent un intérêt particulier. Dans ces deux pays, les parents ont exprimé un niveau de confiance extrêmement élevé dans le fait que leurs enfants n’ont pas subi de cyber-harcèlement d’aucune sorte.

Les parents indiens, quant à eux, sont parmi les plus nombreux à se dire convaincus que leurs enfants sont au moins parfois victimes de cyber-harcèlement, un nombre qui n’a fait qu’augmenter entre 2011 et 2018. En Europe et en Amérique, il semble également que les parents soient de plus en plus nombreux à prendre conscience des expériences négatives de leurs enfants en matière de cyber-harcèlement, ou que leurs enfants soient de plus en plus souvent victimes de telles attaques en ligne.

60 % des parents ayant des enfants âgés de 14 à 18 ans ont déclaré qu’ils étaient victimes d’intimidation

Les parents sont plus nombreux que jamais à signaler que leurs enfants sont victimes d’intimidation à l’école ou sur Internet. Comparitech a mené une enquête auprès de plus de 1 000 parents d’enfants de plus de 5 ans.

Un cinquième de toutes les intimidations se produisent par le biais des médias sociaux

Bien que la grande majorité des parents aient déclaré que les brimades se produisaient à l’école, 19,2 % ont déclaré que les brimades se produisaient par le biais de sites et d’applications de médias sociaux. De plus, 11 % ont indiqué que les brimades se produisaient par le biais de messages textuels, tandis que 7,9 % ont indiqué que les jeux vidéo en étaient la source. Par ailleurs, 6,8 % des parents ont déclaré que les brimades avaient lieu sur des sites de médias non sociaux, tandis que 3,3 % ont indiqué que les brimades avaient lieu par courrier électronique.

Certains parents ont même été témoins de cyber-harcèlement, 10,5 % d’entre eux indiquant qu’ils l’avaient eux-mêmes observée.

La plupart des parents réagissent de manière proactive après que leurs enfants ont été victimes de cyber-harcèlement

Il existe un grand nombre de moyens pour les parents de réagir à le cyber-harcèlement, mais il semble que la réponse la plus courante consiste à parler aux enfants de la sécurité en ligne.

Comparitech a constaté que 59,4 % des parents ont parlé à leurs enfants de la sécurité en ligne et des pratiques sécuritaires après avoir été victimes de cyberharcèlement. Les parents doivent cependant prendre davantage de mesures pour intervenir, car seuls 43,4 % d’entre eux ont indiqué avoir adapté les contrôles parentaux pour bloquer les délinquants, 33 % seulement ont mis en œuvre de nouvelles règles pour l’utilisation des technologies et 40,6 % seulement ont conservé les preuves pour les enquêteurs.

La plupart des adolescents ont maintenant fait l’expérience de le cyber-harcèlement d’une manière ou d’une autre

Une étude de 2018 de Pew Research a révélé qu’une majorité d’adolescents (59 %) ont été victimes d’une forme de cyber-harcèlement. Selon l’étude, le harcèlement en ligne et les brimades en ligne sont particulièrement fréquents.

Les types spécifiques de cyber-harcèlement les plus courants auxquels les adolescents sont confrontés sont les suivants

  • Les injures offensives (42 %)
  • Diffusion de fausses rumeurs (32%)
  • Recevoir des images explicites qu’ils n’ont pas demandées (25%)
  • Demande constante de qui ils sont, ce qu’ils font et avec qui ils sont par une personne autre qu’un parent (21%)
  • Menaces physiques (16%)
  • Faire partager des images explicites sans leur consentement (7%)

Instagram pourrait être le pire site de médias sociaux pour le cyber-harcèlement

Les données de nombreuses études indiquent que les médias sociaux sont désormais le média préféré des cyber-harceleurs. Cependant, d’autres formats sont toujours utilisés, notamment les messages textuels et les forums Internet tels que Reddit. Néanmoins, il semble qu’Instagram soit peut-être le pire.

Une étude de l’organisation britannique anti-brimades Ditch the Label a révélé que 42 % des jeunes adultes interrogés ont été victimes de cyber-harcèlement sur Instagram (PDF). Ce chiffre est à comparer aux 37% sur Facebook et aux 31% sur Snapchat. Il est peut-être surprenant de constater que seuls 9 % ont déclaré avoir été victimes de cyber-harcèlement sur Twitter.

La plupart des répondants pensent également que les réseaux de médias sociaux ne font pas assez pour empêcher le cyber-harcèlement de se produire sur leurs plateformes. Près des trois quarts (71 %) ont déclaré qu’ils pensent que ces plateformes ne font pas assez pour protéger les utilisateurs contre les interactions négatives.