iprotego-facebook

Avez-vous déjà entendu parler de la journée mondiale sans Facebook ? Il s’agit d’une journée permettant de sensibiliser à l’utilisation des réseaux sociaux en vous encourageant à la boycotter pendant tout une journée. Défi relevé ?

Facebook, le réseau social le plus utilisé en France

Quelques chiffres…

Depuis sa création, Facebook s’est petit à petit immiscé dans notre vie jusqu’à devenir un automatisme quotidien et fait même part d’une routine pour la plupart d’entre nous. Avouons-le-nous, nous sommes tous plus ou moins dépendant (consciemment ou non) de ce réseau social où nous regardons le fil d’actualité, nous aimons quelques articles ici et là et interagissons avec nos amis.

Que son utilisation soit passive ou active, toujours est-il que la majorité des utilisateurs de Facebook l’utilise quotidiennement. Ce réseau social compte aujourd’hui près de 65% d’utilisateurs en France.  Plus globalement, rappelons que Facebook ne compte désormais pas moins de 2,5 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois, ce qui représente une hausse de 7,8% par rapport à fin 2018.

Une journée mondiale sans Facebook, pour quoi faire ?

Prévenir la cyberdépendance

Célébrée chaque 28 février, la Journée mondiale Facebook est le fruit de l’initiative d’un groupe d’utilisateurs de Facebook afin de lutter contre l’addiction aux réseaux sociaux et aux publicités de plus en plus intrusives. Les promoteurs de cet événement dénoncent également le manque de respect des données privées sur Facebook.

Les résultats d’une récente étude ont montré que nous passons en moyenne plus de 2h par jour sur les différents réseaux sociaux et messageries. Ce chiffre montre bien l’importance des réseaux sociaux dans nos vies, d’où l’importance de créer une journée de sensibilisation.

Une journée sans Facebook semble dérisoire pour avoir un réel impact sur notre consommation. Il est évident que cette journée n’a pas pour but de nous faire changer nos petites habitudes virtuelles, mais pour belle et bien sensibiliser sur le sujet, pour prendre le temps de réfléchir à notre consommation quotidienne et comprendre comment cela impact nos vies. Il est en effet important de se poser les bonnes questions. Utilisons-nous la plateforme à bon escient, l’effet ressenti post utilisation est-il positif, négatif, ou neutre ? Il est nécessaire d’avoir conscience afin de pouvoir agir.

Les réseaux sociaux, un effet anxiogène néfaste pour la santé mentale

 

L’utilisation des réseaux sociaux n’est (malheureusement) pas « all fun and game », il a aussi un impact sur le psychique de la personne qui l’utilise. En effet, ils peuvent générer des angoisses, provoquer un état de stress chez l’individu. Bref, ils ont le pouvoir néfaste de faire du mal à notre santé mentale.

De tous les réseaux existants, seul YouTube a reçu des notes positives concernant la santé et le bien-être. Pour ce qui est d’Instagram, Facebook, Twitter et Snapchat, il semblerait que leur impact soit globalement négatif pour l’être humain.

Notre génération est la première des générations à vivre avec ce genre de technologies, il est donc très important de prendre du recul. L’idée d’une journée sans Facebook ne semble pas si inutile que ça !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.