Ces pays qui controlent internet et font de la propagande

Les gouvernements de 30 pays payent des « armées de clavier » pour diffuser de la propagande, selon le rapport annuel « Freedom on the Net ».

Propagande sur Internet parrainée par l’État

Au moins 30 gouvernements dans le monde emploient des « armées de clavier » pour diffuser de la propagande et attaquer les critiques, selon un rapport.

Le rapport annuel « Freedom on the Net » du groupe de réflexion Freedom House a montré que la propagation de la désinformation en ligne allait bien au-delà de la Russie et de la Chine, pour près de la moitié des 65 pays étudiés dans le rapport.

Il a constaté que des gouvernements, dont le Mexique, l’Arabie saoudite et la Turquie, utilisaient des « commentateurs pro-gouvernementaux rémunérés » pour façonner leurs opinions en ligne, souvent pour donner l’impression d’un soutien populaire aux politiques gouvernementales.

Ces commentateurs rémunérés, trolls, bots et fausses nouvelles sont utilisés pour harceler les journalistes, inonder les médias sociaux d’opinions fabriquées et éroder la confiance dans les autres médias. Les auteurs du rapport ont averti que ces techniques étaient devenues beaucoup plus avancées et répandues ces dernières années, et ont déclaré que des fausses nouvelles avaient été utilisées pour tenter d’influencer les élections dans 18 pays, dont le Royaume-Uni.

L’utilisation de commentateurs rémunérés et de robots politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a été lancée par la Chine et la Russie, mais elle s’est maintenant étendue à l’échelle mondiale », a déclaré Michael Abramowitz, président de Freedom House. Les effets de ces techniques qui se répandent rapidement sur la démocratie et l’activisme civique sont potentiellement dévastateurs.

Polémique sur l’élection présidentielle

Les politiciens américains ont également enquêté sur l’influence russe sur les élections présidentielles, et ont reçu des preuves de milliers de faux comptes de « bot » et de publicités achetées en Russie et utilisées pour semer la division.

Bien qu’une grande attention ait été portée aux campagnes de désinformation russes, Freedom House a déclaré que cette pratique était bien plus répandue qu’on ne le croit souvent. Contrairement aux campagnes internationales des organisations financées par le Kremlin, qui ont vu de fausses nouvelles colportées en Amérique et ailleurs, la grande majorité des campagnes en ligne sont centrées sur le marché intérieur afin de renforcer le soutien et de faire taire les dissidents.

La montée de la désinformation

Le rapport « La liberté sur le Net » donne à chaque pays un « score de liberté sur Internet », basé sur des critères tels que l’accès à Internet, le niveau de fausses nouvelles et le contrôle des médias en ligne.

Cette année, le Royaume-Uni a obtenu un score de 24, 0 étant le pays le plus libre et 100 le moins libre. C’est une baisse par rapport à l’année dernière (23), où la Freedom House avait déclaré que cela était dû à la nouvelle législation sur la sécurité et à l’augmentation des cyber-attaques.

Huit pays – l’Estonie, l’Islande, le Canada, l’Allemagne, l’Australie, la France, les États-Unis – ont été classés au-dessus du Royaume-Uni sur les 65 pays figurant dans le rapport, qui représente 87 % de la population mondiale. La Chine est la moins bien classée, suivie de la Syrie, de l’Éthiopie et de l’Iran.

Le rapport a constaté que la liberté de l’internet se détériore, 32 pays ayant obtenu un score inférieur à celui de l’année dernière.

Comment lutter contre la désinformation et la propagande?

Les pays qui cherchent à mettre un terme aux robots malveillants et autres activités malveillantes sur le web ont introduit des règles qui restreignent la liberté de l’internet, peut-être à leur insu. C’est le cas de l’Allemagne, qui a institué une nouvelle loi en juin 2017 qui oblige les sites comme Facebook, Google et Twitter à retirer les contenus jugés offensants d’une manière qui « manque de contrôle judiciaire ».

Lorsque l’on tente de lutter contre la manipulation en ligne depuis l’étranger, il est important que les pays n’aillent pas trop loin. La solution à la manipulation et à la désinformation ne consiste pas à censurer les sites web, mais à apprendre aux citoyens comment détecter les fausses nouvelles et les faux commentaires. Les démocraties devraient veiller à ce que la source de la publicité politique en ligne soit au moins aussi transparente en ligne que hors ligne.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.