C’est à l’occasion d’un audit réclamé par les autorités allemandes chargées de la protection des données que Google a découvert, et reconnu, que des données personnelles avaient été collectées dans le cadre des tournées effectuées pour son service Street View.

Comme l’explique la firme de Mountain View dans un message, ses véhicules qui sillonnent les rues des villes du monde entier peuvent récolter les informations publiques des réseaux WiFi. Il s’agit du nom (SSID) et de l’identifiant (adresse MAC) d’une connexion sans fil. Or, il s’avère que Google aurait capté les données circulant sur des réseaux WiFi non sécurisés par un mot de passe.

600 gigaoctets de données captés depuis 2006

Il ne s’agirait que de fragments de données affirme le géant américain, ajoutant qu’il faut que plusieurs facteurs soient réunis pour que cette récolte puisse se produire : « Nos voitures sont en mouvement. Il fallait que quelqu’un utilise le réseau quand la voiture passait devant. L’équipement wifi de nos voitures change automatiquement de canal environ cinq fois par seconde. En outre, nous n’avons pas collecté d’informations passant sur des réseaux wifi sécurisés et protégés par mot de passe », assure Alan Eustace, le vice-président senior de l’ingénierie.

D’après l’AFP, ce sont 600 gigaoctets de données qui auraient été ainsi captés depuis 2006. « Nous avons hautement conscience que nous avons lamentablement échoué dans ce cas-là. Nous sommes profondément désolés de cette erreur et sommes déterminés à en tirer toutes les leçons possibles », ajoute-t-il. Mais sans la vigilance des régulateurs allemands, Google aurait-il communiqué sur cette « erreur » ?

Recource : http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39751686,00.htm