Les caméras ont progressé bien au-delà de leurs capacités initiales de prise de vue et d’enregistrement vidéo. La technologie biométrique est liée à la technologie des caméras. Aujourd’hui, la plupart des gens ont en leur possession des smartphones. Ces appareils permettent d’identifier les traits humains afin de déverrouiller un smartphone ou effectuer des paiements. La reconnaissance faciale est un système de sécurité généralement utilisé pour identifier une personne à partir d’une image numérique ou d’un ensemble de caractéristiques faciales stockées dans une base de données.

Apple intègre une nouvelle fonctionnalité

L’iPhone X dispose d’une fonction Face ID très médiatisée. Cette fonction permet aux utilisateurs de déverrouiller l’appareil simplement en identifiant le visage de l’utilisateur.

Semblable à l’empreinte digitale Touch ID trouvée dans les appareils Apple précédents, l’utilisation de Face ID permet également aux utilisateurs d’accéder à Apple Pay, à l’App Store, à iTunes et à certaines applications tierces.

Au moment du lancement de l’iPhone X, Apple a déclaré qu’il y avait 1/1 000 000 000 chance que quelqu’un puisse ouvrir votre téléphone en utilisant Face ID contre 1/50 000 chance d’avoir la même empreinte digitale que vous. L’agence d’e-réputation Iprotego signale cependant les dangers de cette nouvelle technologie.

Problèmes en matière de sécurité

Les pirates cherchent déjà à reproduire les visages des gens afin de tromper les systèmes de reconnaissance faciale, mais la technologie s’est avérée plus difficile à pirater que celle de reconnaissance d’empreintes digitales ou vocale dans le passé.

Que choisir ?

Cette année, des pirates allemands ont réussi à piéger le capteur iris du Samsung Galaxy S8. Pour se faire, ils ont eu recours à une photo de l’œil du propriétaire et à une lentille de contact. C’est arrivé le même mois où le système de sécurité de reconnaissance vocale de HSBC a été trompé par un journaliste.

Les experts recommandent de combiner la biométrie avec toute autre forme de sécurité. « Les dangers de l’authentification biométrique, comme la reconnaissance faciale, sont qu’elles ne sont pas entièrement à l’abri des attaques potentielles et ne devrait donc pas être le seul moyen de vérifier l’identité d’un utilisateur.

Cela montre que, malgré les avantages uniques de la technologie d’authentification, les préoccupations sont également importantes. Notamment en ce qui concerne la sécurité des données biométriques sensibles détenues par les entreprises elles-mêmes.

La confidentialité des données pose problème. Lorsque le système utilisé est piraté, les données stockées sur votre visage peuvent être consultées par des tiers si l’appareil. Cela pourrait mener à l’échange de renseignements personnels.

Le cas de Google

L’application « Google Arts et Culture » propose d’aligner vos selfies avec des œuvres d’art afin de trouver votre double artistique. Des questions relatives au stockage de données privées ont été soulevées pour cette nouvelle application.

Alors que son utilisation provoque de la ferveur parmi les utilisateurs, certains internautes se questionnent sur une possible base de données regroupant les images.

Au mois de janvier, des milliers d’internautes américains ont posté les résultats de leurs correspondances faciales sur twitter. Suite à certains tweets remettant en question l’utilisation que fait Google des photos ; la marque s’en défend. Elle répond que les images sont éliminées après que la correspondance soit faite. Loin de convaincre, cette explication renforce l’idée que les Etats-Unis deviennent peu à peu un pays de surveillance.

Pour en savoir plus sur les nouveautés technologiques et leurs impacts sur votre e-réputation, nous vous conseillons l’article : Un nouvel outil de Facebook permet de modérer les commentaires indésirables.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 6 =